الرئيسية / بيانات وتقارير / Non à l’expulsion imminente des habitant-e-s de Douar OuledDlim- Rabat

Non à l’expulsion imminente des habitant-e-s de Douar OuledDlim- Rabat

Non à l’expulsion imminente des habitant-e-s de Douar OuledDlim- Rabat 

Appel à la solidarité

 

En février 2014, les forces de l’ordre ont procédé à la destruction forcée  de logements au Douar OuledDlim situé à GuichLoudaya à Rabat (Maroc). Plus de 36 logements ont été détruits et à ce jour les habitant-e-s vivent dans des campements de fortune, faits de bâches en plastique maintenues par quelques morceaux de bois et de tôles. Les forces de l’ordre ont entouré leurs terres- aujourd’hui vendues à la Société d’Aménagement Ryad-,  par une palissadeen tôle. Enfermé-e-s dans une prison à ciel ouvert, ces citoyen-ne-s sans terres sont surveillé-e-s par des chiens du service de sécurité pour les empêcher de reconstruire. Au mois de mars, les forces de l’ordre sont intervenues au Douar Drabka, également situé à GuichLoudaya, pour procéder à la destruction des pépinières et des échoppes dans lesquelles les habitant-e-s vendaient légumes et fruits issus de leurs cultures.

 

 

 

 

 

Situéesdans le quartier résidentiel de Hay Ryad, les terres de la tribu GuichLoudaya sont des terres collectives agricoles, sur lesquellesla tribu pratique depuis plusieurs générations l’agriculture vivrière. Ces terres leur avaient été octroyées par le Sultan Moulay Abderrahmane en 1838, en compensationdes services  rendus – en tant que tribu guerrière – au royaume chérifien.

Du fait de l’expansion de la ville de Rabat, ces terres constituent un enjeu foncier considérable convoité par les promoteurs immobiliers et par les politiques urbaines. C’est le Ministère de l’intérieur qui mène ces opérations d’expulsion, met les terres sous sa tutelle et les revend ensuite aux promoteurs,  en violation des dispositions du Dahir (décret royal) du 27 avril 1919 qui avait retiré au Ministère de l’Intérieur la tutelle de ces terres et avait accordé la propriété collective pleine et entière à la tribu Guich.

 

Aujourd’hui, les destructions continuent. Les forces de l’ordre viennent d’annoncer qu’elles allaient procéder le jeudi 18 décembre 2014 à la destruction des maisons restantes et des baraquements en plastique.  

 

Sous couvert de lutte contre les bidonvilles et de modernisation, on assisteà un  démantèlement brutal du dernier bastion existant d’agriculture paysanne périurbaine à Rabat, à la destruction des dernières formes d’autonomie agricole et alimentaire, de gestion traditionnelleet collective du territoire au profit de la spéculation immobilière.

 

C’est pourquoi Attac CADTM Maroc, groupe de Rabat :

  • Réclame l’arrêt immédiat des expulsions.
  • Soutiens les citoyens de GuichLoudaya dans leur droit légitime à disposer de leurs terrains et à préserver leur activité agricole.
  • Appelle toutes les organisations et toutes les personnes à se mobiliser contre l’accaparement des terres et à exprimer leur solidarité avec les habitants de GuichLoudaya ainsi qu’avec toutes les victimes d’expulsion illégales et illégitimes.

Rabat, le 16 décembre 2014

 

 

 

Des liens pour en savoir plus sur l’affaire GuichLoudaya

 

Page de solidarité Facebook :

 

Liens vidéos youtube :

 

 

 

Pour tout renseignement contacter :

Email : droitaulogementmaroc@gmail.com

Tél : 0661 377596

 

Print Friendly

التعليقات

Facebook

Twitter

YouTube